Les faits

L’éducation un défi de taille

 
 
 

Selon les données de l’Unesco, environ 263 millions d’enfants, d’adolescents et de jeunes dans le monde (un sur cinq) ne sont pas scolarisés.

Les filles sont plus susceptibles d’être exclues que les garçons. Pour chaque année supplémentaire à l’école, le revenu des filles peut s’accroitre de 10 à 20 %. Une fille éduquée est 6 fois moins susceptible de se marier trop jeune.

L’éducation des filles a un effet multiplicateur

En moyenne, une fille avec au moins 7 ans de scolarisation se mariera 4 ans plus tard, aura moins d’enfants, lesquels seront en meilleure santé. De plus, ce sont des bienfaits qui se transmettent de génération en génération.

L’éducation des enfants au cœur de notre mission

En plus de tous les avantages que l’on connait concernant l’éducation, cette dernière aide l’enfant à pouvoir faire des choix éclairés dans la vie. L’enfant qui est éduqué a plus de possibilités d’avenir et peut changer l’avenir de sa famille, de son pays. Sans parler des autres avantages qui sont la réduction de la pauvreté, la diminution du mariage précoce, la diminution des grossesses précoces, le cheminement vers l’égalité des sexes.

 

Les défis de l’éducation en Haïti

Le problème en Haïti

 
 

Plus de 80 % des écoles primaires sont privées. Elles sont dirigées pour la plupart par des organismes religieux. Bien que les gouvernements aient fait de l’éducation une priorité, malheureusement la population ne peut pas subvenir aux besoins des enfants et payer les frais de scolarité. Rappelons que les frais de scolarité moyens pour un enfant sont de 200 $ canadien par année, excluant les fournitures scolaires et les uniformes. Plus de 50 % du revenu de la famille est alloué à l’éducation d’un enfant.

Taux de chômage de la population

Dans un pays où plus de 6 millions de la population vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 2,41 $ par jour, et 2,5 millions dans un état de pauvreté extrême avec moins de 1,50 $ par jour, on comprend que le choix entre manger et envoyer son enfant à l’école devient très difficile. Mais malgré cela, beaucoup de parents arrivent à s’en sortir et comptent beaucoup sur la générosité des parents à l’étranger ou des organismes à but non lucratif. Le nombre moyen d’enfants par femme était de 3 enfants en 2014, selon l’Unicef.

En 2018, le PIB par habitant était de 870 $, et 27 % de la population étaient au chômage, selon la Banque mondiale.

Bien que le taux de scolarisation primaire soit de 76 %, il reste que, selon l’Unicef, environ 380 000 enfants âgés de 6 à 11 ans ne fréquentent pas l’école.


charte2.png

Les faits

Les défis au Maroc

 
 

Selon la Banque mondiale :

  • 1,6 million de personnes vivent sous le seuil de pauvreté  

  • 2,5 millions d’enfants dans les milieux ruraux ne vont pas à l’école

  • 83 % des femmes en milieu rural sont analphabètes

  • En 2016, le PIB était de 3340 $ par habitant

  • Chômage : 9,8 % en 2018

  • En région rurale, les classes ne sont pas dotées d’infrastructures dont des toilettes fonctionnelles. 45 % en est privé.

  • Environ 56,3 % des écoles primaires ne sont pas raccordées aux réseaux d’eau potable.

  • 1/6 des élèves ne possèdent pas de matériels scolaires.

    *source


En chiffres en HAITI

Depuis 2006, nous avons formé plus de 40 enseignants dans six écoles en Haïti.

École communautaire de TiGuinen
École Jean Jacques Dessalines
École Walter Henri
École communautaire Papatembre
École Le Colibri
École de maitre Surin

Nous avons payé les frais de scolarité de 4370 enfants depuis 2006.
830 des enfants parrainés ont terminé leurs études primaires et ont été admis au secondaire.

En chiffres au Maroc

Fournitures scolaires distribuées
Accès à l’eau potable
Construction et réparation de toilettes